L’intégration de l’aspect genre

L’une des conditions pour mieux s’adapter au changement climatique

Le projet « Adaptation au changement climatique pour la protection des ressources en Eau et Sol (ACCES) » est conscient que « les hommes sont des agents de changement mais que les femmes sont de puissants agents de changement et de développement. C’est pour cela qu’elles doivent être des acteurs clés dans l’atténuation et l’adaptation au CC ».

Par conséquent, le projet s’assure, chaque fois, que les hommes et les femmes sont sensibilisés sur les mesures d’ACC et participent dans la mise en œuvre des activités quoi que le degré de participation des femmes reste faible par rapport aux hommes.

Ces activités sont notamment : la préparation du terrain pour la plantation des arbres (trouaison, la plantation, l’aménagement des courbes de niveau, le piquetage, le traçage des coupe-feu, la participation dans les Champs Ecoles Paysans (CEP), etc.


Bien plus, les femmes commencent à s’impliquer dans les travaux (mesures d’adaptation au changement climatique) rémunérés jadis réservés aux seuls hommes, et pour certaines d’entre elles, c’est la première fois qu’elles exercent un tel travail. Grâce à ces revenus, Goreth de Mutambu a pu épargner dans une association de microcrédit et voilà qu’elle a eu accès à un crédit de 30.000 Fbu et maintenant arrive à un capital de 240.000 Fbu dans son élevage des porcins. Avec cet argent, elle a acheté des tôles pour leur maison et une chèvre. Bref, nous remarquons un certain accroissement du niveau de l’estime de soi qui commence à se manifester.

Les hommes et les femmes sont sensibilisés qu’au cas où les hommes participeraient seuls à la mise en œuvre des mesures d’ACC, les résultats ne seront atteints que partiellement. En effet, les hommes et les femmes doivent adopter un comportement responsable chacun en ce qui le concerne pour que les mesures d’ACC portent des fruits.

Documents

Veuillez trouver l'archive ici.

A savoir plus...

Statistique

Week59
Month243
All9352